Nouvelle 13!! "Le dernier des hommes-fumées" (d'après 1photo de P'titeFlo)

Publié le par ALEKS KA

Illu-30juin.jpg

 

Oh oui, je me souviens bien de cette photo-là. Je l’avais prise avant qu’il ne disparaisse complètement. Tout une cohue appuyée sur le garde-fou lui tournait bêtement le dos, car ils n’étaient pas venu pour lui. Ils ne l’avaient même d’ailleurs pas vu arriver, tellement subjugué par leur pauvre tournoi de robot-spaghetti… Vous savez, ces débiles créatures longiformes qui jouent à l’attrape-bulot sur les plages. La foule parie sur qui perd-gagne, et empoche son lot de connerie en bout de match. Enfin.

 

Moi, ce jour-là, je vadrouillais le vague à l’âme. Traversant une ville dénaturée, ingrate, infirme d’émotions vraies. Je me trimballais un archaïque Rolleiflex que j’avais « endormi » au vieux brocanteur de secrets de mon quartier. Je l’avais souvent sur moi pour le cas où je rencontre l’inattendu, au fil du hasard, l’imprévisible… Enfin, après avoir écumé en vain bitume, sable pétrolifère et émeraudes écaillées, qui recouvrent les sols artificiels de notre chère Supertown, j’arrive au cap Wonderland, rompue. Mais quand je perçois ce qui allait se passer, là, juste devant moi, j’en tombe à genoux, littéralement figée. Les larmes aux yeux et le cœur vrillé, je m’extasie comme à la toute première fois.

 

Les hommes-fumée me fascinaient depuis que j’étais môme. J’étais avec mon père et ne devais pas être plus haute qu’un bonzaï de 90cm quand il me les a fait découvrir. C’est lui qui m’a appris à comprendre l’amplitude de leur magie, la puissance de leur nomadisme, la portée de leur invisible influence. Il m’a aussi transmis son admiration pour un peuple secret en fatale voie d’extinction, inadaptée au devenir d’une société en mal d’économie, de superficielle rentabilité et d’indécente crise d’angoisse perpétuelle. Bien loin de tout cela, ces vieux saltimbanques comme on les appelait à leur âge d’or, cultivaient un véritable art de mage à mes yeux. Funambule échassier, illusionniste céleste, jongleur de mots, prestidigitateur temporel, clown polymorphe, forain errant, farceur paradiste…

 

Et quand vient le tour sacré de leur dernière représentation, avant l’irréversible ailleurs, le spectacle entier prend des allures de transmigration divine. En guise d’ultime révérence, et comme l’implique leur coutume traditionnelle, l’artiste s’échappe de notre monde comme consumé, laissant un public happé, suspendu, l’âme choquée. Un voile angélique reste alors fumer à terre, jusqu’à dissolution entière de son enveloppe évanouie. Se désincarnant dans un final féerique, l’artiste n’offre plus que brumes et translucidités revenir de son odyssée, au-delà de notre réel.

 

Cette fois-ci, alors que j’en tombais à terre d’enchantement d’en recroiser un, le saltimbanque, dernier rescapé humanoïde de nos générations batardes génétiquement modifiées, ne jouait que pour moi. Et sur son habit était mentionnée une cruelle précision. Il était le dernier héritier de toute leur lignée. Avec lui s’éteindrait en silence des générations de magie vagabonde. Une communion plus intime encore nous relia inexorablement dès lors que je l’appris. Dernier témoin d’un partage extraordinaire, notre osmose illuminait, radieuse, étincelante. À le voir évoluer si paisiblement, je m’empreignais de ses pas de danses mystérieuses comme d’un véritable discours prophétique.

 

Ses rotations en arabesques paraissaient providentielles. Son corps se jouaient des formes convenues pour enchanter ses membres, les rendant tour à tour malléables, compressibles ou tout aussi immobiles et résonants qu’un point d’orgue. Cet être inespéré dispersait son magnétisme surnaturel, son invulnérable détachement, avec une grâce précieuse dont j’absorbais sans relâche chaque harmonique, comme une illuminée.

 

Tellement subjuguée par ses miraculeuses improvisations, ce n’est qu’à la fin, quand il s’évanouit fatalement pour rejoindre l’autre monde, que j’ai pensé à prendre un cliché. Je l’ai pris juste à temps, pour au moins sauvegarder une ultime résonance terrestre du dernier des hommes-fumée.

 

Commenter cet article